Promythea, un projet de valorisation du Parc de Tarabya par la mythologie et l’art

Le 20 octobre dernier, lors de la venue sur le site de Tarabya de Son Excellence l’Ambassadeur de France en Turquie, M. Hervé Magro, Arsen Rousselle, 4C, Adrien Demichelis, 4C, Klara Pellicier, 4D et moi-même avons présenté un projet de valorisation de notre parc qui s’inscrit dans la « Démarche de Développement Durable » de notre établissement (labellisation EFE3D) et le 15e des objectifs de développement durable énoncés par l’ONU, « La vie terrestre », thématique de la biodiversité. 

Nous faisons partie des 45 latinistes de 4e, sur le total de 184 latinistes que compte le Lycée Pierre Loti et qui vont tous être concernés par ce projet à des degrés divers. Nous sommes particulièrement intéressés par le cours de LCA, c’est-à-dire Les Langues et civilisations de l’antiquité. Nous suivons un enseignement de la langue latine et de la civilisation romaine, avec une initiation au grec ancien. Je développe pour ma part l’apprentissage du grec ancien en autonomie. 

Ece, Klara et Adrien. DR.

Le point de départ de ce projet est un aspect méconnu de l’écrivain et voyageur qui a donné son nom à notre lycée : Pierre Loti. Celui-ci  était sensible à la préservation de la nature, et à la responsabilité humaine dans cette tâche. 

Pierre Loti. Portrait gravé par Eugène Abot. DR.

C’est ce que montre un écrit de 1910, véritable manifeste de ce qu’on appelle aujourd’hui l’éco-citoyenneté, où il prend la défense d’une forêt menacée située à vingt-deux kilomètres de sa ville de Rochefort :

“Souvent j’ai jeté un appel d’alarme vers mes amis inconnus pour qu’ils m’aident à secourir des détresses humaines, et toujours ils ont entendu ma voix. Aujourd’hui il s’agit de secourir des arbres, (…) que la barbarie industrielle s’acharne partout à détruire, et je viens implorer (…).”

Le passage qui décrit la forêt pour laquelle il se bat pourrait tout à fait s’appliquer à notre parc :

 “Et le charme si singulièrement souverain de cette forêt, c’est l’espace, les passages libres partout. Entre les touffes majestueuses des feuillages vert-bronze atténués de grisailles, on circule aisément sur de très fins tapis, et cela donne une impression de bois sacré, de parc élyséen.” 

La phrase suivante pourrait même accueillir le promeneur à son arrivée !

“Séjour pour le calme à peine nostalgique ou même pour le définitif oubli, dans l’enveloppement des vieux arbres et des vieux temps…”

Notre parc est comme un “bois sacré”, protégé et à préserver… “Parc élyséen” également, à l’image de cette partie des Enfers réservée, dans la mythologie gréco-romaine, au séjour des héros valeureux.

Énée guidé par son père aux Champs Élysées – Sebastiano Conca. Entre 1735 et 1740. DR.

Ainsi l’idée est venue de créer un projet de valorisation de notre parc ayant la mythologie pour thématique générale : Promythea, abréviation de Promenades mythologiques et artistiques à Thérapia/Tarabya

Chaque édition, annuelle ou bisannuelle, verra le développement d’un thème spécifique. Nous avons choisi comme premier thème « Arbre et forêt » : il nous a semblé idéal pour l’édition de lancement… Dryades et nymphes diverses, mythes liés aux arbres évoquant notamment des métamorphoses, la conception de bois sacré dans l’antiquité, coutumes et cultes afférents. 

Nous souhaitons par ailleurs solliciter des artistes, de Turquie pour l’instant, pour les inviter à créer des œuvres sur ce thème et à déposer leurs œuvres dans notre parc. Ainsi, sculptures, œuvres de Land Art, installations artistiques diverses viendraient, en ponctuant la découverte du parc, souligner les atmosphères du parc et stimuler l’imagination de ses visiteurs. 

MVLesvigne – Terrasse à la fontaine côté mer. DR.

Éloge de la botanique, proximité de l’eau incitant à la rêverie, vestiges anciens invitant à la réminiscence… une référence littéraire est convoquée : Les Rêveries du promeneur solitaire de Jean-Jacques Rousseau, mêlant réflexions diverses et botanique. Structurées en dix « promenades », elles témoignent des déambulations de l’auteur qui aimait “herboriser” (terme de son invention).

Ainsi, nous envisageons de créer des « promenades » dans le parc, chacune étant fondée sur un thème mythologique exploré par nos recherches, donné comme inspiration aux artistes et éclairant les œuvres créées.
Ces « promenades », dont la lisibilité serait accessible par les QR codes, offriraient peu à peu divers parcours aux promeneurs, voire des pauses dans des lieux consacrés à un thème précis.

Enfin le projet envisage de solliciter un historien de l’art pour une conférence sur le thème choisi dans l’art à travers les époques, et de susciter, à la fin du mois de mai, rencontres et tables rondes autour des mythes antiques et de leurs résonances aujourd’hui.

Présentation du projet à Son Excellence l’Ambassadeur de France en Turquie, M. Hervé Magro, et l’Attachée de coopération éducative, Mme Cobacho, le 20 octobre 2022.

Ayse, 4E, membre du comité éditorial, et Emirhan, 4E, membre du comité artistique, étaient aussi présents lors de la présentation du 20 octobre dernier : ils ont évoqué l’ensemble des groupes de travail constitués pour la conduite de ce projet avec Mme Lesvigne, professeure de Lettres classiques.

Article de Ece Seçen, 4E
Mis en page par Duru Doğaner, 4C


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s