Série « Créatures hybrides » : Forteresse, l’espoir des femmes

Un bestiaire est un recueil consacré à la description et à l’interprétation allégorique d’animaux réels ou imaginaires.
Au Moyen-Âge, les bestiaires ont pour objectif d’éduquer les chrétiens. Ils sont destinés à servir de support au clergé et permettent d’interpréter les représentations sculptées de l’art roman. 
Les bestiaires médiévaux sont constitués de commentaires sur les animaux, plantes et pierres qui servent de support à l’énoncé de préceptes moraux. Ils contiennent des descriptions – anthropomorphiques plutôt que réalistes – de la « nature » d’un animal (particularités physiques et comportementales), suivie de son explication symbolique chrétienne tirée de la Bible, aboutissant à une leçon. Le but poursuivi n’est pas la vérité scientifique, mais l’éducation du peuple. 

La classe de 5A a imaginé certaines de ces créatures hybrides et les légendes ou superstitions qui les accompagnent. Nous allons les présenter dans une nouvelle série intitulée « Créatures hybrides ».
La première créature rend hommage aux femmes car elle en est la protectrice. Il s’agit de Forteresse, créée et racontée par Istanbul et Ilayda. 

Mme Atay


L’espoir des femmes, Forteresse

© Istanbul Bayülgen, 5A

Nom en latin : Castellum
Taille : 317 cm 
Poids : 300 kilos 
Habitat : dans l’église de Notre-Dame avec les religieuses 
Répartition : Paris, France 

Il existe à la cathédrale Notre-Dame de Paris, une créature mystérieuse et hybride qui s’appelle Forteresse. Elle a une tête de cobra, le corps et les ailes d’un Phénix, des bras de scorpion, des pattes de guépard et une queue d’Ankylosaure.
Forteresse n’a pas d’enfants mais elle est très tendre et douce avec eux, en particulier avec les petites filles. En effet, Forteresse représente les femmes et elle protège toutes les petites filles. Elle aide les enfants à se respecter les uns les autres et à être forts et indépendants. Elle est très douée mais elle n’utilise son pouvoir que pour aider les autres et prendre soin d’eux, c’est une gentille géante. 
Cette créature a des caractéristiques très masculines mais c’est une femelle et elle brise les stéréotypes. Elle n’a donc pas le caractère fort et dur habituel des animaux avec lesquels elle est composée mais elle est plutôt douce.


© Istanbul Bayülgen, 5A

La légende 

Jusqu’à nos jours, Forteresse a été un espoir pour toutes les femmes maltraitées mais cela n’a pas toujours été le cas. Voici comment des femmes qui étaient maltraitées et abusées ont eu confiance en elles et ont eu de l’espoir grâce à Forteresse. 

Deux mois après la naissance de Forteresse, sa mère dut s’enfuir. Les hommes du village essayaient de la tuer pour manger sa viande. Forteresse fut obligée d’être une fille indépendante et de se débrouiller seule. Pour se protéger, elle choisit comme habitat la cathédrale Notre-Dame. Pour Forteresse, la vie dans l’édifice religieux était agréable : elle avait de quoi manger, elle s’entendait avec les religieuses qui y habitaient également, elle n’était pas en danger. 
En habitant avec les religieuses, Forteresse s’aperçut que la situation des femmes du village n’était pas aussi idéale. En observant comment elles étaient traitées, le cœur de Forteresse fut brisé. Elle décida de les aider et de parler à toutes les femmes du village pour leur dire de venir à la cathédrale un dimanche. Les femmes du village arrivèrent comme prévu, elles furent terrifiées lorsqu’elles virent l’incroyablement taille de la géante debout devant elles. 
Les religieuses les calmèrent en expliquant que Forteresse n’avait que de bonnes intentions et qu’elle était au courant des circonstances dans lesquelles elles vivaient et qu’elle savait comment elles étaient maltraitées mentalement et physiquement par les hommes avec lesquels elles vivaient. Après avoir entendu ceci, les femmes commencèrent à se confier à Forteresse et à s’ouvrir sur leurs souffrances. 
Après ce discours, Forteresse commença immédiatement à leur apprendre des techniques pour leur propre défense. 

Après ce dimanche, les femmes se sentirent tellement plus confiantes. Elles prirent l’habitude de rencontrer Forteresse tous les dimanches. Au bout d’un moment, la bonne géante se rendit compte que les femmes devenaient plus fortes après chaque réunion. Maintenant, elles étaient suffisamment fortes, confiantes et elles pouvaient prendre soin d’elles- mêmes. 
Forteresse pensa que ce problème de maltraitance ne devait pas exister seulement dans leur village mais aussi peut-être dans d’autres endroits et d’autres pays. Donc, elle décida de voler vers un village voisin et d’aider les femmes là-bas. 
Alors, elle laissa les femmes de ce village et partit en aider d’autres. Elle était là pour rappeler à tout le monde que chaque femme mérite d’être heureuse et d’être traitée correctement. Forteresse consacra sa vie aux femmes et voulut que les gens se souviennent d’elle comme la géante protectrice des femmes, qui leur donne de l’espoir et le bonheur de vivre. 

© Istanbul Bayülgen, 5A

Article de Istanbul Bayülgen et Ilayda Yildiz, 5A
Illustration de couverture d’Istanbul Bayülgen, 5A

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s