Joël Alessandra, une belle rencontre !

Impressions croisées sur l’auteur de bande dessinée Joël Alessandra qui est intervenu dans le cadre d’un atelier (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires 3e / Parcours d’Éducation Artistique et Culturelle) auprès des quatre classes de troisième les 25 et 26 novembre 2021 au CDI, en partenariat avec l’Institut Français de Turquie, antenne d’Istanbul.
Une belle rencontre unanimement appréciée par nos reporters émérites de Loti News

Mmes Abdel Massih, Atay, Demirkan et M. Gérard


Dans tous ces choix de métiers artistiques dans le monde, il y a celui d’auteur de bandes-dessinées. Le monde de la BD, avec ces dessinateurs nous plongeant à chaque fois dans un monde différent… Le roman transformé en art. 

Nous avons eu la chance de rencontrer l’un de ces artistes ayant choisi le chemin d’un métier demandant patience et talent. Du 25 au 26 novembre, les 3e ont pu rencontrer M. Joël Alessandra et lui poser des questions. Cet événement pouvant être utile pour l’EPI des 3e, nous étions ravis. 

Tout d’abord, une chose m’a fait rire durant cette heure où nous l’écoutions. Il a avoué que dans ses dessins, il se montrait plus jeune et plus « beau » qu’en réalité. Il s’autorisait quelques libertés… Cela m’a plu, car il était franc. 

M. Alessandra a un caractère plutôt dynamique, et parle avec un langage familier et sympathique. Il ne fatigue pas avec des banalités et des phrases longues et ennuyeuses. Il était direct lors de son exposé, ce qui le rendait bien plus intéressant. 

Il nous a parlé de son travail, de comment cela se passait. Que ce soit le salaire touché, comment il choisit la maison d’édition ou encore comment il se met au travail. C’était d’autant plus intéressant pour moi car, dans le futur, je voudrais travailler dans le métier du livre. Pas en tant que bédéiste [autrice de bandes-dessinées], mais le monde du livre semble avoir des points communs avec ce métier. 

Il nous a expliqué que de temps en temps, quand ces auteurs dessinaient une histoire vraie, ils pouvaient changer certains événements pour les rendre plus intéressants. Sinon le lecteur pourrait se lasser. Il nous a également raconté une grosse erreur qu’il avait commise dans l’une de ses BD. Et que c’était un des lecteurs qui lui avait envoyé un mail le lui signalant. En effet, M. Alessandra avait dessiné Sainte-Sophie en tant que mosquée dans l’une de ses BD [Les voyages d’Ibn Battûta]. Sauf qu’à l’époque où se passait son histoire [au 14e siècle], Sainte-Sophie était une église et ne comportait donc pas encore de minarets [ils furent rajoutés dans la deuxième moitié du 16e siècle par l’architecte impérial, Sinan] ! 

M. Alessandra nous a également parlé du tout premier confinement, où l’on était autorisé à sortir seulement une heure par jour pour promener ses animaux de compagnie autour de chez soi (en France). Il nous a raconté qu’il s’était lancé le défi de sortir tous les jours pour dessiner quelque chose dans l’un de ses nombreux carnets. Ses deux chiens s’amusaient tandis qu’il dessinait rapidement une aquarelle, d’un arbre par exemple. Il nous a aussi dit qu’il « trichait » parfois, en changeant l’emplacement de telle ou telle chose sur le dessin pour que le rendu soit plus joli. 

Il nous a expliqué comment il faisait ses aplats de couleurs, et qu’en premier lieu il utilisait du café dilué. D’ailleurs on a testé cette technique l’heure suivante. L’on devait dessiner une personne de notre choix au crayon, le repasser au feutre noir et ensuite rendre le modelé en peignant les ombres avec du café. Le résultat était très sympa. 

Portraits (crayon, feutre, café dilué). Photo © Lara Güngör, 3D

Vous pouvez retrouver quelques BD de Joël Alessandra au CDI, telle que Petits-Fils d’Algérie que nous avons étudié en classe. 

Pour conclure, ce fut une très belle rencontre. Rencontrer une personne travaillant dans le métier du livre fut une chance pour moi. Et le monde de la BD m’étant complètement inconnu jusque-là, m’a ouvert ses portes…

Lara Güngör, 3D


Nous avons eu la chance de rencontrer dernièrement un auteur de bande dessinée, M. Joël Alessandra. Dès son arrivée, la classe était excitée par sa présence charismatique et divertissante. Tout au long des deux heures, nous avons ri à ses blagues et à son langage quelque peu familier. 

Il a commencé en nous présentant son métier : il voyage à travers le monde et, au lieu de prendre des photos, il dessine les paysages qui l’entourent et les personnes qu’il rencontre. Il utilise des matériaux fugaces, seulement ses aquarelles et un carnet, avant de les partager à travers ses BD. Lorsqu’il nous affirma qu’il avait utilisé au moins des centaines de cahiers en à peu près 30 ans de carrière, la classe était fascinée. 

Puis, il s’est mis à nous expliquer la manière dont il pratiquait son métier. Il parla d’un terme : la productivité. C’est-à-dire que lorsqu’il a une idée de bande dessinée, il envoie un email à plusieurs maisons d’édition. Si l’une d’entre elles est intéressée, elle lui propose une somme d’argent pour qu’il vive durant la création de son histoire. Un des avantages de son métier est qu’il est assez libre de produire ce qu’il veut puisqu’il n’a pas de supérieur hiérarchique. 

Il nous présenta aussi quelques-unes de ses bandes dessinées comme Les voyages d’Ibn Battûta, le premier touriste de l’histoire qui parcourut l’ensemble du monde connu au 14e siècle ou encore Petit fils d’Algérie, une autobiographie qui retrace ses origines. Nous vous les conseillons d’ailleurs fortement (Ils sont au CDI !). Vous pouvez aussi retrouvez l’univers de Joël Alessandra sur son site web : http://www.joel-alessandra.com/

Après ces explications enrichissantes, nous avons participé à un atelier assez atypique. Nous devions dessiner un camarade de classe en trois étapes : tout d’abord au crayon de papier, puis au feutre noir et enfin lui donner du volume avec du café selon la même méthode qu’utilise Joël Alessandra pour réaliser ses dessins lors de ses voyages. Eh oui, c’est surprenant, mais nous vous garantissons que cela fonctionne à merveille.  

Merci Monsieur Alessandra d’être venu en Turquie pour partager avec nous votre amour de la BD ! Nous avons vraiment apprécié votre intervention et en plus nous avons raté des cours !

Lina Guinard et Doga Baklacioglu, 3A


NDLR. Les titres de M. Alessandra que vous pouvez lire au CDI sont indiqués ci-dessous. Vous pouvez consulter quelques planches de ces albums en cliquant sur ces liens : 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s