Ces drôles d’expressions françaises

Les mauvaises langues disent que le français est la langue la plus difficile au monde, mais n’oublions pas qu’elle peut aussi être drôle avec ses nombreuses expressions qui en disent long sur la culture française et son évolution.

  1. Ne pas pousser mémé dans les orties

Ne pas pousser mémé dans les orties, c’est ne pas exagérer. Car pousser une personne âgée dans les orties, c’est la chose la plus exagérée que l’on puisse faire. On peut aussi dire ne pas pousser le bouchon trop loin.

  1. Ne pas casser trois pattes à un canard

C’est à dire ne pas faire quelque chose d’extraordinaire, car casser trois pattes à un canard c’est extraordinaire.

  1. En faire tout un fromage

C’est-à-dire faire toute une histoire pour rien du tout. Comme partir du lait qui est un élément simple jusqu’à faire un fromage qui est un élément très travaillé et transformé. 

  1. Reporter à la Saint Glinglin

Cette expression est née vers 1897 suite à la déformation du mot « seing » qui veut dire signal. Car le mot seing glinglin désigne les trompettes de l’apocalypse et non la fête d’un saint. Alors, reporter à la Saint Glinglin, c’est reporter à jamais. 

  1. Filer à l’anglaise

Cela veut dire filer discrètement. Cette expression a 2 origines, soit parce qu’en anglais on dit to take french leave (filer à la française) et les français l’ont traduit pour se l’approprier. Ou sinon, certains linguistes  de la culture de la langue française prétendent que vers le 16e siècle, la plupart des créanciers étaient anglais. Quand un de leurs débiteurs les croisait, il ne voulait pas se faire rappeler qu’il lui devait de l’argent, alors il filait à l’anglaise. 

  1. Donner sa langue au chat

Jeter sa langue, c’est abandonner sa parole et par conséquent renoncer à trouver la solution du problème. Autrefois, on disait jeter sa langue au chien. Petit à petit, l’expression se transforma en « donner sa langue au chat » au XIXe siècle, car, à cette époque, on considérait le chat comme le gardien des secrets, alors si on lui donne notre langue, il nous donnerait la réponse. 

  1. Avoir un poil dans la main

Avoir un poil dans la main, c’est être fainéant. Car quand une personne est fainéante, elle n’utilisera pas sa main, où elle aurait laissé ainsi pousser un poil. 

  1. Jeter l’argent par les fenêtres

Au XIXe siècle, on jetait de l’argent par la fenêtre pour le donner aux mendiants. Alors, cette expression signifie dépenser beaucoup. 

  1. Couper un cheveu en quatre 

Cela veut dire être perfectionniste, s’arrêter sur de petits détails alors que cela est inutile. Car couper un cheveu en quatre est une tâche difficile et inutile. 

  1. Mettre un peu d’eau dans son vin

Mettre de l’eau dans son vin est une expression médiévale née vers le milieu de XVe siècle. Elle signifie faire passer sa colère. Car, à l’époque, on allongeait le vin avec de l’eau pour qu’il soit plus désaltérant. 

  1. On ne répond pas à tout mouton qui bêle

Cela signifie qu’il ne faut pas répondre à tout ce que l’on vous dit comme, par exemple, des insultes.

  1. Avoir la main verte

Avoir la main, c’est être capable ou doué dans quelque chose, et nous savons tous que les plantes sont vertes. Alors avoir la main verte, c’est être doué dans tout ce qui a un rapport avec les plantes. 

  1. Qui vole un œuf volera un bœuf

Cela veut dire que quand on vole, on se met dans la voie de la délinquance, et que plus tard on volerait quelque chose qui aurait une valeur plus grande encore. 

  1. Il n’y a pas le feu au lac

Le message que nous fournit cette expression est très clair, cela veut dire qu’il n’y a pas de raison de se presser. Cette expression à l’origine était « il n’y a pas le feu » pour dire qu’il n’y a pas d’urgence. Puis le mot lac a été ajouté en référence au lac Léman  (ce lac se situe entre la France et la suisse) pour railler la prétendue lenteur du peuple suisse. 

  1. Têtu comme une mule 

Une personne têtue comme une mule, c’est quelqu’un qui est très têtu, qui montre un attachement obstiné à ses opinions et à ses décisions. Cette expression se comprend parfaitement car la mule n’obéit aux ordres que quand son cœur le lui dit.

Jade Goueth 6D

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s