Le voyage de Sophie (1)

Au fil des mots et des semaines, des chapitres ont été écrits et un premier roman clôturera l’année scolaire de certains élèves de quatrième.
Nous allons vous les présenter sous forme de feuilletons dans le Loti News, chapitre après chapitre, comme le faisaient les écrivains du XIXème siècle.

Nouvellement installés à Istanbul, les héros de ces romans vont nous livrer leur découverte de la ville et nous faire partager leurs aventures. Suivez-les et appréciez le travail et l’imagination de nos talentueux élèves, camarades et amis. 

Mme Atay


© Jade, Samuel, Dafne et Cem, 4B

CHAPITRE 1

Arrivée à Istanbul…

A 13 ans, j’allais au lycée français de New York. J’habitais avec mes parents, Joe et Caroline, à Manhattan, Upper East side, dans un grand appartement duplex. J’avais plein d’amis mais les meilleurs étaient Kara et Laura. Nous adorions aller à Central Park après l’école. J’avais un chien qui s’appelait Max et qui adorait les friandises et les caresses.

Un vendredi soir, après l’école et pendant le dîner, mes parents m’avaient annoncé que nous allions déménager. Cette nouvelle m’avait beaucoup choquée car j’adorais ma vie en Amérique où j’avais plein d’amies. Je ne voulais pas quitter New York car j’y avais vécu toute ma vie. Mais je savais que je n’avais pas le choix. Le samedi suivant, j’avais organisé une soirée avec mes amis. Ils furent très tristes quand je leur annonçai que je n’allais pas les voir pendant longtemps, quelques-uns pleuraient et d’autres me suppliaient de rester. 

Quand nous atterrîmes, nous nous retrouvâmes dans un aéroport gigantesque, cela me prit trente minutes pour marcher de l’endroit où on récupérait les bagages jusqu’à la sortie où un chauffeur attendait. Il était envoyé par l’hôtel, Le Tarabya Grand Hôtel, qui se trouvait juste à côté du Bosphore. L’hôtel était immense et depuis la piscine qui était au quinzième étage, la vue était époustouflante. Les chambres étaient très grandes avec un petit balcon qui avait une vue sur le troisième pont d’Istanbul. Au sous-sol, se trouvaient un casino avec des jeux d’arcade billard et bowling.

Le lendemain matin, quand je descendis pour prendre le petit déjeuner, la serveuse me demanda si je voulais du “cay’’. Je lui demandais: “what is cay ?’’ Elle me répondit :“Turkish tea’’. J’acceptai “yes please’’. Finalement, nous mangeâmes un “serpme kahvalti’’ dans lequel se trouvaient une omelette, des concombres, tomates et fromages ainsi que du pain avec de la confiture et du miel sans oublier le fameux cay.

On avait emménagé dans notre nouvelle maison qui était à Sariyer, dans la “Cicek Sitesi”. Nous vivions dans une des quatre villas. La nôtre était énorme avec deux salons, quatre toilettes et cinq chambres. La maison avait aussi un magnifique jardin et une grande piscine. Au sous-sol, se trouvaient un sauna, une salle de jeux et un mini cinéma.

Cela faisait déjà deux semaines que nous avions emménagé dans cette nouvelle ville mais nous n’avions pas encore pu trouver le temps de visiter et de profiter de cette fabuleuse cité qui allait encore nous étonner par sa richesse en monuments historiques et sa culture.

Nous allâmes visiter Topkapı comme beaucoup de français. Dans la queue pour y rentrer, mes parents sympathisèrent avec une autre famille française. Ils n’habitaient pas loin de chez nous et sur le gâteau que leur fille, nommée Emma, tenait, il était écrit son âge.
Ce fut à cet instant que j’appris que nous avions le même âge. Après avoir parlé avec Emma, j’avais également appris que nous allions à la même école ! Finalement, au lieu  de visiter le palais de Topkapı, j’ avais “papoté” avec elle. Emma avait un accent canadien très drôle et c’est pour cela que nous avions commencé à discuter en Anglais puisque c’était notre langue maternelle. Nous avions plein de points communs : ils avaient aussi déménagé pour le travail de son père et, avant, elle allait au lycée français de Toronto qui faisait partie de l’aefe tout comme mon ancienne école.

Quelques jours après cette rencontre, j’invitai Emma  chez moi et nous nous amusâmes follement. En plus, elle avait adoré Max. 

A suivre… 

Roman et illustration de couverture de Jade, Samuel, Dafne et Cem, 4B
Mise en page par Mahamat Mbodou Mai, 6D

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s