Les visites virtuelles des 6e !

Une trentaine d’élèves de 6e a suivi un module d’initiation à l’archéologie, la muséologie et la médiation culturelle dans le cadre de l’Accompagnement Personnalisé (AP).

Au bout de cet apprentissage, les élèves, organisés en groupes et suite à un travail préparatoire (traduction en français des cartels explicatifs en turc et recherche complémentaire par mots-clés sur le web), devaient se repérer sur les plans détaillés des trois musées archéologiques d’Istanbul -le Musée de l’Orient ancien, le Musée des céramiques et le Musée de l’Antiquité classique-afin de cheminer dans les salles, puis devaient présenter, décrire et analyser l’œuvre qu’ils avaient choisie. Comment intéresser des visiteurs aux musées et à la culture ? En préparant à l’écrit et travaillant sa pratique de l’oral, les œuvres exposées deviennent soudainement beaucoup plus intéressantes…  

Bravo à tous les groupes. Laissons maintenant Tuna et Jade nous guider à la découverte de la statue de Puzur Ishtar, puis suivons-les dans l’exploration d’une sélection des meilleurs musées en ligne !

M. Gérard


Est-ce que vous voulez visiter des musées aux temps de la pandémie ? Est-ce que vous voulez visiter des lieux chargés d’histoire sans même bouger de votre doux foyer ? Est-ce que vous voulez admirer les plus belles œuvres d’art depuis votre canapé ? Alors lisez cet article jusqu’au bout !

I. Une expérience dans les Musées archéologiques d’Istanbul

Nous vous présentons une célèbre statue qui est exposée dans les Musées archéologiques d’Istanbul, celle de Puzur Ishtar.

CARTE D’IDENTITÉ
Nom : Puzur Ishtar
Époque : l’Antiquité et plus précisément la période des Shakkanakku de Mari
Date : -2050 à -2025 avant notre ère
Lieu d’origine : ville de Mari
Matériau : Diorite
Exposé dans le salon 4 du Musée de l’Orient ancien

Histoire de l’objet 

La statue a été capturé comme butin de guerre et a été amenée de la ville de Mari à celle de Babylone, où elle a été retrouvée. En effet, comme de nombreux autres monuments, la statue a été pillée (volée) dans l’Antiquité à Mari et le corps a été découvert au « musée » du palais de Nabuchodonosor (604-562 avant notre ère) dans la ville de Babylone. Cette statue de taille humaine est l’une des rares grandes sculptures préservées du Proche-Orient.
La tête a été brisée du corps aussi dans l’antiquité et les deux pièces ont survécu séparément. Le corps fouillé a été découvert sans tête en 1914 dans la ville de Babylone et emmenée au Musée archéologique d’Istanbul.

Où se trouve la tête originale de la statue de Puzur Ishtar ?

La tête de la statue avait déjà été découverte auparavant et vendue au Vorderasiatisches Museum Berlin (Musée du Proche-Orient qui est une partie du musée Pergamon de Berlin). C’est la raison pour laquelle la statue d’Istanbul est présentée avec un moulage moderne de la tête originale qui est toujours conservée à Berlin, au musée de Pergame. Si vous voulez la voir ou bien visiter le musée cliquez ici

Analyse de l’objet

Entre la fin du IIIe millénaire et le tout début du IIe millénaire av. J.-C., la ville de Mari qui se trouvait au bord du fleuve Euphrate, au nord de la Mésopotamie (actuellement en Syrie) fut dirigée par une dynastie de princes qui portaient le titre de « shakkanakku ».
Ce titre de « shakkanakku », que l’on peut traduire par « gouverneur militaire », fut porté par l’ensemble des princes d’une dynastie qui régna à Mari entre la fin du IIIe millénaire et le début du IIe millénaire avant notre ère, vers -2050. Au fil du temps, ils devinrent peu à peu indépendants des rois de l’Empire d’Akkad, plus au sud, mais le titre de « shakkanakku » continua à être utilisé pendant près de trois siècles et demi. Trois de ces rois sont connus par des statues sur lesquelles un texte est inscrit : Ishtup-Ilum, Idi-Ilum et Puzur-Ishtar.

Cette statue représente Puzur İstar (ou en anglais), qui était un prince de Mari. Elle se trouvait autrefois dans un sanctuaire du palais de Zimri-Lim, un autre des dirigeants de Mari qui dirigea la ville après Puzur Ishtar. Le prince est représenté debout, les mains jointes dans l’attitude que l’on identifie à celle de la prière en Mésopotamie. Il porte une longue robe drapée, sans doute constituée d’un seul morceau de toile fine. Ce costume luxueux est enroulé autour du corps et couvre les deux épaules, à l’inverse de la tradition en Mésopotamie. La barbe est faite de 10 mèches enroulées et terminées en boucles, et est taillée en pointe. La statue est réalisée en diorite, une roche volcanique dure.

Elle comporte une inscription écrite en caractères cunéiformes sur le bas du vêtement qui se lit comme ceci :

Puzur Ishtar, prince du pays de Mari, Puzur Ishtar le prince, son fils a dieu […] seigneur […] pour leur vie, pour celui qui supprime cette dédicace, que les dieu Ninni Dagan et Enki, […] démolissent sa fondation et détruisent sa progéniture avec son territoire.

La sculpture était à l’origine un cadeau votif [cadeau qui est réalisé pour qu’un vœu, un souhait, se réalise ou en remerciement de sa réalisation]. Le nom « Puzar-Ishtar, prince de Mari », y est mentionné deux fois, ce qui a permis d’identifier la statue.

Ces statues de shakkanakku ont peut-être fait l’objet d’un culte dynastique, un culte qui permettait de conserver le souvenir des rois morts d’une même famille. En effet, la statue de Puzur-Ishtar porte des cornes, signe de sa divinisation [elle est considérée comme la représentation d’un dieu]. Les statues des rois morts étaient sans doute exposées sur une tribune surélevée dans la salle du trône face au roi qui siégeait.

-> Commencez la visite virtuelle des Musées archéologiques d’Istanbul ICI

Entrée du Musée de l’Orient ancien. Musées archéologiques d’Istanbul

II. Quelques visites virtuelles à réaliser depuis chez soi

Le développement d’Internet dans les années 1990 et, plus récemment, celui de nouvelles technologies a permis le développement des visites virtuelles pour les musées. L’objectif des visites virtuelles est de montrer des œuvres à tous les visiteurs sans qu’ils aient à venir dans le musée ou sur le site. Les visites virtuelles des musées sont faites pour des raisons éducatives, touristiques ou bien scientifiques pour des visiteurs éloignés.

Nous vous présentons à la suite quelques-uns des musées qui proposent des visites virtuelles.

  • En Turquie

Musées archéologiques d’Istanbul
Les musées archéologiques d’Istanbul se trouvent dans le quartier stambouliote d’Eminönü, plus précisément dans la première cour du palais de Topkapi. Ils se composent de 3 musées différents : le Musée de l’Orient ancien, le Musée des céramiques et le Musée de l’Antiquité classique. On y trouve plus de 1 000 000 d’objets d’à peu près toutes les époques anciennes. On y trouve des œuvres très importantes comme « Le sarcophage des pleureuses », « Le traité de Kadeş », « Le sarcophage d’Alexandre » ou bien encore « La statue de Puzur Ishtar ». Cliquez ici pour partir à l’aventure dans ce beau musée.

Le site archéologique d’Éphèse
Éphèse, l’une des plus importantes et l’une des plus anciennes des cités grecques, était également l’une des plus puissantes villes de l’époque Romaine. Actuellement, elle se trouve non loin d’Izmir, à Selçuk. Entrez dans ce paradis de l’Antiquité en cliquant ici.

La Bibliothèque de Celsius à Ephèse

Musée d’Éphèse
Ce musée se trouve dans la ville de Selçuk. La plupart des œuvres qui y sont exposées proviennent du site antique d’Éphèse. Les collections du musée comptent environ 50 000 pièces, depuis le IVème millénaire avant J.-C. jusqu’à l’époque moderne. Si vous voulez découvrir ces merveilles, cliquez ici.

La statue d’Artémis, Musée d’Ephèse

Musée d’Antalya
Le musée d’Antalya se trouve dans le quartier Konyaaltı d’Antalya, au Sud-ouest de la Turquie. On y trouve une grande variété d’œuvres datant souvent de l’Antiquité : des sarcophages en marbre mais aussi des trésors Ottomans, des statues d’empereurs et de héros mythiques de l’époque Romaine, etc. Cliquez ici pour admirer ces trésors de l’Antiquité.

Les Trois Grâces, Musée d’Antalya
  • En France

Musée du Louvre
Avec sa célèbre pyramide, le musée du Louvre se trouve à Paris. Selon des chiffres de la fin 2016, avec ses 72 735 m2 de galeries, ses 554 731 œuvres dont 35 000 exposées et ses 264 486 œuvres graphiques, c’est le plus grand musée d’art et d’histoire du monde. Sans oublier la Joconde, l’un des tableaux les plus connu au monde. Si vous voulez explorer cette grande variété d’œuvres n’hésitez pas à cliquer ici.

Vue d’ensemble du palais du Louvre qui abrite le musée

Château de Chambord
Le château de Chambord se trouve dans le département du Loir-et-Cher. Ce château a été la résidence du roi de France, François 1er. Son célèbre escalier, où on ne se croise jamais, a été imaginé par Léonard de Vinci. N’hésitez pas à rendre visite à ce château -le seul domaine royal encore intact depuis sa création-, à ses 426 pièces, ses 83 escaliers et ses 282 cheminées en cliquant ici !

Le Château de Chambord

Musée d’art de Nantes
Le musée d’art de Nantes raconte en 7 séquences l’histoire de la ville de Nantes. Gravissez son escalier monumental en cliquant ici.

L’escalier monumental du Musée d’art de Nantes
  • Dans le monde

British Museum
Le British Museum se trouve à Londres, au Royaume-Unis. Avec plus de 7 000 000 d’objets, sa collection est l’une des plus importante du monde et les œuvres qu’il présente viennent de partout sur la planète. C’est le premier musée national qui expose l’ensemble des connaissances humaines (science, art…). Comptez-vous parmi ses 6 000 000 de visiteurs par an en cliquant ici.

Le British Museum, Londres

Tuna Altilar, 6C
Jade Goueth, 6D


III. Pour aller plus loin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s