Kepler-452 b : une nouvelle Terre ?

Kepler-452 b est une exoplanète qui ressemble beaucoup à la Terre sur laquelle nous vivons et qui vient d’être découverte par la NASA.

Découverte

La NASA a lancé la mission Kepler en 2009 pour trouver et identifier des planètes comme la Terre en dehors de notre système solaire. Kepler-452 b est une exoplanète qui a été découverte par une équipe de la NASA grâce au télescope spatial Kepler. Sa découverte a été confirmée par la NASA le 23 juillet 2015. Le même télescope Kepler a découvert 1284 exoplanètes, dont seulement 9 sont habitables. Et il semble que Kepler-452 b a une chance de supporter la vie plus que les autres planètes. 

This size and scale of the Kepler-452 system compared alongside the Kepler-186 system and the solar system. Kepler-186 is a miniature solar system that would fit entirely inside the orbit of Mercury. The habitable zone of Kepler-186 is very small compared to that of Kepler-452 or the sun because it is a much smaller, cooler star. The size and extent of the habitable zone of Kepler-452 is nearly the same as that of the sun, but is slightly bigger because Kepler-452 is somewhat older, bigger and brighter. The size of the orbit of Kepler-452b is nearly the same as that of the Earth at 1.05 AU. Kepler-452b orbits its star once every 385 days. NASA.

L’étoile Kepler-452

Kepler-452 est l’étoile de Kepler-452 b. La planète se situe elle à 156,5 km de son étoile Kepler-452. L’étoile a environ la même température que notre soleil (5505°C) et est 20 % plus lumineuse que la nôtre. Elle est un petit peu plus grande que notre soleil car Kepler-452 est plus lumineuse et ancienne. Il est estimé que Kepler-452 est âgé d’environ 6 milliards d’années. Kepler-452 b orbite autour de son soleil en 385 jours. Nous ne savons pas combien d’heures passent en un jour sur Kepler-452 b. 

Constellation du Cygne avec position de Kepler-452 b en rouge.
IAU and Sky & Telescope magazine (Roger Sinnott & Rick Fienberg). DR.

A partir des modèles et des recherches des scientifiques, on sait que l’exoplanète se situe à 1.400 années-lumières (13 245 022 661 613 122 km) de la Terre. Même si on décidait d’y aller avec le moyen de locomotion actuel le plus rapide, la sonde New Horizons qui va à 60 000 km/h, il nous faudrait environ 26 millions d’années pour nous rendre là-bas.

Qualités physiques

Kepler-452 b a un volume quatre fois et a un rayon 60 % plus grand que ceux de la Terre, ce qui en fait la plus petite exoplanète qui orbite autour de la zone habitable d’une étoile de même type que le Soleil. La masse de l’exoplanète n’est pas exactement connue mais grâce aux modèles de la planète, on estime qu’elle a une masse environ cinq fois plus importante que celle de la Terre. Il y a 50 % de chance que la planète soit tellurique, c’est-à-dire rocheuse (et non gazeuse).

This artist’s concept compares Earth (left) to the new planet, called Kepler-452b, which is about 60 percent larger in diameter. NASA.

Cette exoplanète, peut-elle être le futur de notre Terre ?

Son système est plus ancien que le nôtre, donc peut-être que Kepler-452 b peut nous donner des indications sur le futur de notre Terre, comme par exemple l’évaporation des océans à cause de l’augmentation des températures. Cependant, la Terre peut avoir une fin comme ceci dans plus d’un milliard d’années.

Kepler-452 b est-elle la nouvelle Terre ?

La planète se situe à une distance habitable de son soleil. Il y a probablement le double de la gravité de la Terre. On sait aussi qu’il fait 10 % plus chaud sur Kepler-452 b que sur le soleil. 

Kepler-452 b peut-elle nous apporter ce qu’il faut pour vivre ? On ne peut pas répondre à cette question car, même s’il y a une grande chance qu’elle soit tellurique, on ne peut pas en être sûr à cette distance. Même si elle était rocheuse, il y aurait de l’activité volcanique à cause de sa taille et sa masse. Quand les scientifiques sauront quelle est sa masse exacte, ils pourront identifier s’il y a une atmosphère ou non, et s’il y en a, de quels éléments elle est composée etc. Mais il peut y avoir aussi ce qu’il faut pour la rendre habitable. Par exemple, si la température est idéale pour les êtres humains, il y aura des océans qui se seront évaporés à cause du temps qui s’est passé, mais pourtant il pourrait y avoir des lacs qui ne se sont pas évaporés encore. On ne sait pas s’il y a déjà la vie sur cette “Terre” car on ne peut pas le voir de si loin. 


Enfin, si l’on cherche à répondre à la question : Kepler-452 b est-elle la nouvelle Terre ? Pour le moment, on n’en est pas sûr, mais il y a une probabilité. Donc, peut-être que Kepler-452 b est la Terre 2.0.

Article de Çınar Aydın, 6A

Une réflexion sur “Kepler-452 b : une nouvelle Terre ?

  1. Çınar, bien fait. Savoir qu’il existe une possibilité pour une autre planète habitable est genial. Cependant, même s’il y a une vie là-bas, comment se aller à la nouvelle terre est un problème plus important ici. Peut-être que la réponse est dans les trous de wormholes 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s