Série « Créatures hybrides » : Equeo Dracus

Un bestiaire est un recueil consacré à la description et à l’interprétation allégorique d’animaux réels ou imaginaires.
Au Moyen-Âge, les bestiaires ont pour objectif d’éduquer les chrétiens. Ils sont destinés à servir de support au clergé et permettent d’interpréter les représentations sculptées de l’art roman. 
Les bestiaires médiévaux sont constitués de commentaires sur les animaux, plantes et pierres qui servent de support à l’énoncé de préceptes moraux. Ils contiennent des descriptions – anthropomorphiques plutôt que réalistes – de la « nature » d’un animal (particularités physiques et comportementales), suivie de son explication symbolique chrétienne tirée de la Bible, aboutissant à une leçon. Le but poursuivi n’est pas la vérité scientifique, mais l’éducation du peuple. La classe de 5A a imaginé certaines de ces créatures hybrides et les légendes ou superstitions qui les accompagnent, présentées dans une nouvelle série intitulée « Créatures hybrides ».

Mme Atay


Equeo Dracus

Nom latin : Equeo Dracus
Taille : 2 mètres au garrot
Poids : 150 kg
Habitat : caves et montagnes
Répartition : partout en France

Il existe, dans les hautes montagnes, un immense animal. L’Equeo Dracus est une créature hybride: une tête de licorne, des ailes de cygne, un corps de lion allongé par une queue de dragon. Cette bête ne mue jamais.

L’Equeo Dracus pond de 1 à 5 œufs par an. Ils éclosent après une gestation de 3 mois. L’Equeo Dracus est très protectrice avec ses petits. Ils la quittent après un an. Leur mère leur apprend à chasser et à voler avant qu’ils la quittent.

Equeo sort de sa cave l’après-midi, pour chasser dans les campagnes ou dans les petits villages. Au matin, les villageois remarquent que la plupart de leur bétail manque. On ne croit pas les hommes qui l’ont vue, car ils n’ont pas de moyens de le prouver.

Autrefois, L’Equeo Dracus faisait peur aux villageois en terrorisant leurs villages. Il brûlait les plantations des villageois, qui restaient affamés tout l’hiver. Il mangeait aussi leurs bétails et détruisait leurs maisons. Un groupe de villageois était allé à la recherche de cette créature monstrueuse, mais ils ne revinrent jamais. Depuis, il n’existe plus de village où ont eu lieu des attaques de l’Equeo Dracus.

a fin.

Article et illustration de couverture de Jade Rizzo et Selin Koru, 5A

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s